Evaluation immobilière, précision et exactitude... autant que faire se peut.

Loyauté, indépendance et confidentialité de tout temps
L'agent immobilier de l'homme actif

- Architectures obliques.

De la nécessité d'une estimation ou d'une évaluation immobilière telle que nous la pratiquons...

Comment pourriez-vous croire en celui qui tentera d'estimer la valeur d'un bien sans même au préalable l'avoir expertisé ? Or...

Chasseur immobilier ou d'appartement ne sont que titres vides de sens si l'évaluation ou même l'estimation immobilière ne sont pas crédibles.

Les estimations et évaluations immobilières, pourtant suites logiques des expertises mais dont on ne parle pas tant ailleurs puisqu'elle manqueront souvent à l'appel.

"Toute la vérité..." Evaluation : "Action de déterminer la valeur de quelque chose... Quantité, valeur ainsi établie : Des évaluations approximatives..." Larousse. Or donc, malgré une politique d’apparence toujours sécuritaire modérée toutefois par l'absence de législation, personne ne devra s'offusquer de la présence des 7 pages d'information de la fiche descriptive 3034  issue des services du Trésor public, comme quoi, malgré encore toutes les définitions des milieux autorisés ou qui s'autorisent, quelques directives informelles ne nuisent jamais.

La lecture de l’avant-propos de cette fiche est édifiante : ainsi toujours pas d’instruction administrative, mais un pense-bête pour éviter que cela ne parte encore en vrille dans les cieux remplis d’experts égarés qui déjà en sont à estimer ou évaluer avant même de savoir de quoi il est question par l'expertise -je plaisante, naturellement-.

Notez pour la petite histoire qu'il existe une formation diplômante ICH CNAM code CPN 7500A - CPF Copanef 183260 - RNCP 24860 niveau II -amusant cet attrait pour les codes qu'ont ces gens, question de continuer à paraître sérieux sans doute- pour un "métier" d'évaluateur... qui n'existe toujours pas, qu'en ce qui concerne la "nouvelle" déontologie associée il en coûtera 630 euros au professionnel pour s'en imprégner (code FCDI 04) et que cela vaudra 7 heures de validation facile pour continuer à exercer un métier de l'immobilier qui l'obligeait déjà initialement à "jurer sur la bible" Hoguet, ouvrage équivoque à la française dans laquelle tous les coups bas restent pourtant permis.

En bref, l'esprit cartésien pris tout naturellement d'un affreux doute concernant justement le sérieux de cette affaire d'élargissement d'un domaine d'activité et de compétences sans autre formalité qu'un inutile pourboire sentira dans ce légalisme de diversion un parfum d'affairisme persistant.

Après cette mise en bouche de divertissement, passons aux choses sérieuses puisque sans tomber dans le délit d'initié et même s'égarer dans les subtils mélanges de genres introduits par la, pardon les missions de Tracfin -la traque des divers petits financements "clandestins" du moins indésirables et que l'on accuse de tous les maux bien qu'ils soient intégrés dans la globalité d'un monde d'affaires-, la clientèle réclame tout de même de nous que nous le soyons un tantinet -initié-, modes à créer et coups financiers à envisager dans l'immobilier comptant plus qu'éléments calculés, du moins calcul et finalité ne sont-ils pas les mêmes.

Du rôle de l'expert évaluateur...

"Etonnante cette manie qu'ont les gens d'encore croire aux institutions qu'ils s'empressent de mettre à bas..."

A cette figure de style allégorique façon gradation souvent employée qui voudrait qu'estimer soit calculer a priori, évaluer constater et progresser a posteriori vers disons une juste approximation, art s'il en fut dans un monde réglé ou du moins fortement influencé par la loi de Say sans trop de régulation spontanée, il faudra humblement ajouter que les facteurs conjoncturels soient éléments clés pour déjà revenir à plus de réalisme.

Pour élargir cette réflexion à la science appliquée qui est notre propos, force est de constater que face à l'hypothèse raisonnable panachant ad valorem cotation de biens similaires, actualisation des revenus, coût de remplacement déprécié, indexation... ce sont les effets à court terme de la conjoncture qui actuellement mènent hélas à mal la crédibilité d'une valeur vénale établie sans autre garde-fou que notre décision.

De fait, ce facteur dissocié peut être maintenant d'une telle absurdité admise qu'il peut à loisir créer des phénomènes d'inflation ou de dépréciation uniquement maîtrisable par l'expert dont le rôle modérateur est et doit rester unanimement reconnu ne serait-ce que, pour être plus terre à terre, face à la simple acquisition de contrats à tout prix, fort de préférence, par pléthore de candidats marchands du temple, mandataires ignorant ainsi tout des devoirs de l'agent immobilier qui, répétons-le, n'est lui pas un marchand mais un médiateur qualifié.

En ce qui concerne l'immobilier donc, le rôle de l'expert évaluateur est ainsi essentiel et solution avant que le soucis de profit individuel inculqué par osmose malgré toute la déontologie affichée et induisant cette inflation qui réduit le volume des transactions ne puisse plus permettre l'investissement, hypothèse qui eut du inciter certains économistes disons d'opportunité à réviser leur copie s'ils voulaient aujourd'hui être crédibles.

L'approche logique : du renseignement de la clientèle à la défense de ses intérêts...

Dans cette économie particulière de l'immobilier voulue saine par la vertu d'un Saint-Esprit tout en flirtant éternellement avec le libertinage que resterait-il de cet effet régulateur, indéniablement désiré par la clientèle, induit par cette approche pragmatique qui est la nôtre et d'un conventionnalisme de bon aloi qui eut plu à M. John Maynard si nous ne la développions pas aujourd'hui ?

De la voie à suivre par ceux qui devront dorénavant suivre l'affaire de bout en bout, lorsqu'être agent de l'acquéreur se trouve être à la fois cet expert évaluateur et son devenir.

"Pour que tout soit fait dans les règles de l'art..."

Il apparaît comme évident qu'une recherche de biens immobiliers soit à la base affaire d'expertise auquel il conviendra naturellement d'ajouter une "bonne dose" de réactivité dans le processus d'évaluation puisque les cibles sont multiples et qu'il ne s'agit plus d'agir sur des produits connus... à moins bien sûr d'être un "dual agent" maintenant affublé du titre de "chasseur" qui ne peut plus être cet expert indépendant ni être rémunéré pour une tâche relevant alors du texte du 2 janvier 1970 et qu'il ne pourra de toute évidence accomplir sans être confronté au conflit d'intérêts, ce dont la clientèle aurait du être au moins informée depuis le début de ce que nous appellerons la transition marchande autrement crisogène, uniquement "sécurisée" aux yeux du public ignorant des choses de la vie des affaires par un texte de loi littéralement "cuisiné" à toutes les sauces.

C'est donc la voie de l'indépendance dans l'expertise et l'évaluation immobilière qui devra prévaloir, antithèse du désordre et instrument de référence au dessus des modes et possibles aburdités étatiques, face à un modèle de milieu immobilier ignorant les conséquences à long terme d'une nouvelle approche disons décadente à défaut d'être progressiste et image d'une sinistre cacocratie à l'instar de nombre de groupes de protagonistes adeptes du "politicianisme d'opportunité" et du placebo déontologique réunis puisque détenteurs de pouvoirs ou autres privilèges obtenus grâce à la grande naïveté publique.

"Pour un droit à l'efficacité..."

C'est bel et bien l'intégralité de ces travaux d'expert évaluateur enfin reconnu et le désir de concrétisation d'un processus par là-même enclenché qui amèront à la réussite d'une transaction assurant la pleine satisfaction de la clientèle. Dans tout système juridique, l'avocat cherche les éléments et plaide, le plaidoyer étant en l'occurrence la négociation finale, nous sommes ainsi les avocats de cette clientèle, celle qui veut faire valoir son droit à être correctement représentée.

Le même soucis de justesse dans l'évaluation quel de soit le bien immobilier : appartement, maison, villa, propriété, immeuble, hôtel particulier, bien de prestige...

L'avantage... la COMPETENCE pour l'ESTIMATION ou l'EVALUATION IMMOBILIERE REALISTE ... qui fera la différence pour conclure l'affaire.

Vous pouvez bien entendu nous contacter pour toute estimation ou évaluation d'un bien immobilier déjà ciblé.

Chasseur immobilier
régions

Auvergne Rhône Alpes
Bretagne
Bourgogne
Franche-Comté

Centre Val de Loire
Grand-Est
Hauts-de-France
Ile-de-France
Nouvelle Aquitaine
Normandie
Occitanie
PACA
Pays de la Loire
...

La recherche de biens immobiliers la plus
complète de France

Agent